Samedi 19 juin 2021

Naissance d’une communion (Actes 10,24-48)


Lire le texte

Pierre arrive chez Corneille avec ses compagnons. Il entre; la maison est pleine de gens attentifs. Il faut mesurer l’ampleur de ce geste. Un juif n’entre pas chez un étranger et pourtant, Pierre le fait. Il a eu le temps de réfléchir entre Joppé et Césarée, sur 50 km. Le sens de la vision des animaux lui est apparu. Répartir les gens et les choses entre le pur et l’impur, c’est fini. Pour Dieu, personne n’est infréquentable, tout visage humain compte. Le séparatisme envers les non-juifs est révolu. Partout dans le monde, celui ou celle qui respecte Dieu et met en pratique sa Parole trouve accueil auprès de lui. Pierre parle toujours quand le Saint-Esprit descend sur Corneille et son entourage. Alors là, c’est le sommet, l’Esprit sur des païens! Les compagnons de Pierre n’en reviennent pas. A juste titre, on a appelé ce moment la Pentecôte des païens. Corneille et les siens sont membres du peuple de Dieu. Le baptême signe cette appartenance nouvelle. Le livre des Actes atteint ici son point culminant. Pour Pierre et les siens, c’est une conversion du regard. L’Evangile s’ouvre à l’universel. Ces nouveaux croyants demandent à Pierre de rester quelques jours. Des chrétiens, d’origine juive et issus du paganisme vont vivre ensemble, manger ensemble, découvrir la communion nouvelle qui vient de naître. Quel horizon pour nos vies, une communion ouverte, qui lutte contre les clichés, les préjugés et accueille les différences !

Pierre Marguerat

Prière: O Christ, que ton Eglise devienne à ton image, accueillante sans crispation sur elle-même.  

Référence biblique : Actes des Apôtres 10, 24 - 48

Commentaire du 20.06.2021
Commentaire du 18.06.2021