Le Seigneur est roi,

drapé de majesté comme d’un vêtement,

entouré de force comme d’une ceinture.

La terre est donc ferme, elle tiendra bon.

 

Seigneur, depuis longtemps

ton trône est solidement établi,

depuis toujours tu es Dieu.

Jadis les océans hurlaient,

ils hurlaient de fureur.

Ils peuvent bien hurler encore !

Car dominant le bruit des flots

et le fracas des grosses vagues,

là-haut tu en imposes à tous, Seigneur.

 

Tes commandements sont parfaitement sûrs ;

ton temple doit être une maison sainte,

Seigneur, tant que le monde durera.

Psaume 93

 

Je suis la porte

Lire Evangile de Jean 10,1-10

 

Dans l’Evangile de Jean, Jésus se présente par sept paroles « je suis » : Je suis le pain de vie (6,35), Je suis la lumière du monde (8,12), Je suis la porte (10,9), Je suis le bon berger (10,11), Je suis la résurrection et la vie (11,25), Je suis le chemin, la vérité et la vie (14,6), Je suis la vigne (15,5). Le chiffre sept exprime la perfection. Sept « je suis ».

 

Dans le chapitre précédent, Jésus fait face au dédain des Pharisiens qui lui reprochent toujours et encore de ne pas être un vrai homme de Dieu puisqu’il ne respecte pas les lois de Moïse (Jésus vient de guérir un aveugle-né un jour de sabbat). Dès ses débuts de ministère, le message du Christ est tout différent. Il ne nous condamne pas à subir la dure réalité de notre destinée terrestre en attendant une compensation après la mort, pas plus qu’il ne nous incite à sortir de cette réalité pour nous mettre à l’abri dans le cercle privilégié des élus. La lumière nous est donnée pour ici et maintenant, au cœur même des ténèbres qui peuvent assombrir notre existence personnelle ou la situation de la planète. C’est bien dans ce monde qui est le nôtre aujourd’hui que nous recevons de quoi agir et avancer, à l’image de l’aveugle qui ne savait pas ce que c’était de voir le jour, et qui a pu retrouver une vie normale.

 

Lorsque Jésus se présente comme LA porte, cela n’a rien à voir, par exemple, avec la porte étroite opposée à la voie spacieuse menant à la perdition (Mt 7,13-14 ; Lc13,24).

Pour Jésus, l’accès à Dieu n’est pas assujetti au respect scrupuleux de certaines exigences religieuses ou morales. Jésus, en tant queporte de l’enclos par où les brebis sortent pour aller brouter l’herbe du pâturage, puis rentrent se mettre à l’abri, est à la fois notre liberté et notre sécurité. La liberté qui nous protège de la loi de la jungle, et la sécurité qui nous préserve de l’enfermement oppressant. A l’extérieur, nous ne sommes pas livrés à la merci de l’absurde des circonstances, sans aucun recours. A l’intérieur, nous ne sommes pas empêchés d’être nous-mêmes.

 

Néanmoins, la porte-Jésus n’est pas si simple à passer. Passer par cette porte a ses exigences. Les brebis que nous sommes pourrions être tentés de passer par une autre porte, plus facile d’accès. Nous sommes libres d’entrer et sortir comme nous le voulons. Les pâturages à l’extérieur sont pour tous. Par une autre porte nous pourrions accéder à un autre abri qui nous offrirait, par exemple, des richesses et du pouvoir.

 

Mais passer par la porte-Jésus contient une promesse :

Je suis la porte… je suis venu pour que les humains aient la vie et qu’ils l’aient en abondance.

Les soins et la nourriture qu’offre Jésus dans son enclos nous transforment, et la sortie par SA porte garantie une vie à l’extérieur de bonheur et la justice pour tous.

 

Aujourd’hui commence pour nous le temps le déconfinement et nous allons devoir choisir par quelle porte nous sortirons vers la vie nouvelle et les nouveaux pâturages. Nous avons la liberté et le choix de la porte. A nous de choisir la porte qui promet un monde meilleur avec des solutions novatrices, un monde plus résilient, plus égalitaire, plus solidaire. Et de toute nos forces, nous devrions refuser de passer par la vieille porte, comme si rien ne s’était passé, vers les anciens pâturages qui ont créé la crise que nous vivons : une économie de consommation, le commerce international ultra-compétitif et la destruction de l’environnement avec de graves conséquences pour notre santé.

 

Je suis la porte, dit Jésus. Je suis venu pour que les humains aient la vie et qu’ils l’aient en abondance.

Amen

 

Une prière de Corrymeela pour ces temps difficiles :

 

Dieu du tumulte, Dieu de la paix :
beaucoup de choses vont changer
dans les semaines et les mois à venir.
D’autres paysages que les paysages courants
seront ébranlés et mis au sol.
Les mouvements progressifs vont s’accélérer,
les tendances du marché vont changer,
et ils balayeront une grande partie de ce que nous savons.
Et donc nous prions pour ce dont nous avons besoin :
l’assurance de ta force
au milieu de notre communauté;
et la vie qui revient en pleine résurrection
après que ce que nous aimions ait été mis au repos.
Amen.

 

https://www.youtube.com/watch?v=r_Ift46_gfA