Vendredi 20 juillet 2018

Présence persistante (Jean 6,16-21)


Lire le texte

Les disciples se retrouvent livrés à eux-mêmes, il fait nuit, et comble du comble, une tempête se lève alors qu’ils sont au beau milieu du lac après avoir ramé durant cinq exténuants kilomètres. De quoi être dans le cirage le plus complet possible! Pourtant, le miracle n’est pas vraiment là où le lecteur, serait-il même un bon connaisseur des évangiles, pourrait l’attendre. Le récit ne se focalise en effet pas seulement sur la marche sur les eaux de Jésus. Le dernier verset du passage nous montre qu’avec l’arrivée de Jésus, les disciples, au fond du trou, finissent par atteindre une destination qui n’était même plus espérée. Dans ce passage, la clé est l’affirmation de divinité de la part de Jésus lorsqu’il proclame à ses disciples un retentissant:» C’est moi, n’ayez pas peur!» qui fait directement écho à la rencontre de Moïse avec YHWH au buisson ardent. Jésus est d’essence divine et il est maître des forces du chaos – ce qui explique pourquoi il marche sur l’eau. Il faut en effet rappeler que les Israélites, étant de piètres navigateurs en comparaison avec d’autres peuples du littoral du Proche-Orient, goûtaient peu les grandes étendues d’eau qui étaient ainsi associées avec les forces chaotiques primitives. Soulignons tout particulièrement que, durant toute la durée de ce récit, Jésus ne rejoint jamais les disciples dans leur barque et n’apaise pas la tempête, mais les accompagne tout en restant sur un autre plan. C’est un détail subtil et interpellant qui pourrait bien nous stimuler dans nos ruminations spirituelles.

Robin Masur

Prière: Seigneur, même si j’étais dans la nuit la plus complète, et même si je ne devais pas ressentir ta présence, au fond de moi, je sais que tu seras toujours là, et que je ne serai jamais abandonné. Merci pour ta fidélité!  

Référence biblique : Jean 6, 16 - 21

Commentaire du 21.07.2018
Commentaire du 19.07.2018